Les écoles post-prépa, une valeur sûre

Près de 140 écoles d’ingénieurs et 38 écoles de commerce recrutent sur concours, après deux années de classe préparatoire, pour trois années d’études. Ce sont les « grandes écoles » même si le terme est totalement abusif pour une poignée d’entre elles. Mais pourquoi en faire une ? Parce que, en France, faire une grande école reste le top. Les étudiants de ces établissements bénéficient généralement d’équipements pédagogiques à la pointe, d’un encadrement de qualité, de l’intervention de nombreux professionnels, d’un véritable accompagnement vers le premier emploi… que cela soit le commercial ou la logistique. Ils ont l’obligation d’effectuer des stages (pour un total de 10 à plus de 18 mois en entreprise), voire de partir étudier à l’étranger sans avoir à payer les frais de scolarité de l’établissement qui les accueille. Et, leurs connaissances étant régulièrement contrôlées, ils obtiennent en général tous leur diplôme, de niveau bac + 5. Résultat : dans les mois, voire les semaines, qui suivent leur sortie de l’école, ils décrochent un poste à responsabilités, en entreprise, pour un salaire brut moyen supérieur à 30 000 € par an.

 LES ECOLES DE COMMERCE.

Concernant les écoles de commerce, HEC, l’Essec, l’ESCP-EAP, dites « les trois Parisiennes », EM Lyon, l’Edhec Lille et Nice, Audencia Nantes, l’ESC Grenoble… font partie des mieux cotées. Pour faire reconnaître leur excellence et s’assurer une meilleure visibilité au plan mondial, les écoles de commerce recherchent désormais à obtenir des accréditations d’envergure mondiale, décernées par des organisations internationales après un long audit, comme l’Equis (European Quality Improvement System) et l’AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business).

LES ÉCOLES D’INGÉNIEURS?

Elles sont tellement nombreuses qu’il n’est pas évident de les classer. Surtout, le contenu des formations qu’elles délivrent diffère davantage que celui des écoles de commerce. Certaines écoles d’ingénieurs sont généralistes, d’autres très spécialisées, dans la chimie, l’informatique, le génie civil… Les meilleures restent les grandes généralistes : Polytechnique, les Ecoles des Mines, les Ecoles centrales, Ponts et chaussées, Supaéro, Supélec… Pour bien choisir son école, il faut se poser de nombreuses questions, non seulement en lisant les plaquettes de présentation, mais aussi en allant visiter les sites Web, voire l’école lors de journées portes ouvertes, en rencontrant d’anciens élèves et en demandant l’avis de professionnels, consultants, DRH, chargés de recrutements, ingénieurs, ou managers.

QUESTIONS TOUS AZIMUTS.

Quelle est la notoriété réelle de l’école au-delà de sa région ? Son diplôme est-il visé par le ministère de l’Education nationale (impératif !) ? Le titre d’ingénieur qu’elle délivre est-il habilité par la Commission des titres d’ingénieurs ? Appartient-elle à la Conférence des grandes écoles (gage de sérieux) ? Est-ce une école généraliste ou spécialiste ? Qui et comment recrute-t-elle ? Quels sont les effectifs étudiants ? Quel est le programme pédagogique sur les trois années de scolarité ? Quelles sont les spécialités, les options, voire les enseignements de langues proposés et leur volume horaire ? Quel est le nombre d’enseignants permanents ? Qui sont les intervenants professionnels ? Les activités de recherche sont-elles assez développées pour qu’elles rejaillissent sur le prestige de l’établissement et la qualité pédagogique ? L’école collabore-t-elle fréquemment avec d’autres établissements ? Avec des entreprises ? Quelle est la part des stages obligatoires dans la scolarité ? Quelle importance est donnée au développement personnel et à la préparation à la recherche d’un emploi ? Combien de permanents travaillent au service des stages ou des carrières ? Combien d’offres de stages et d’emplois l’école reçoit-elle par an ? L’école propose-t-elle de préparer un autre diplôme d’aussi bon niveau, comme un Master universitaire ou un MBA à l’étranger ? Quelle place est donnée à l’international ? Combien d’étudiants partent en séjour académique à l’étranger chaque année ? Dans quelles universités et pour combien de temps ? Est-il possible de suivre le cursus en apprentissage, et si oui, pendant combien de temps ? Quelle est l’ancienneté de l’école ? Dispose-t-elle d’une association d’anciens ? Peut-on consulter un annuaire des diplômés ? Quels sont les principaux débouchés ? Les salaires à la sortie, et trois ans après ?

Les Ecoles normales supérieures
Quatre Ecoles normales supérieures forment l’élite de l’enseignement et de la recherche en France. Il s’agit de l’ENS Ulm (sections lettres et sciences), l’ENS Cachan (sciences, sciences pour l’ingénieur, sciences humaines), l’ENS Lyon (sciences) et l’ENS Lettres et sciences humaines à Lyon, ex-Fontenay-Saint-Cloud (sciences humaines, lettres, langues, sciences économiques et sociales). Les Normaliens suivent quatre années d’études universitaires, durant lesquelles ils préparent généralement l’agrégation puis un DEA/Master recherche débouchant sur une thèse. Fonctionnaires stagiaires de l’Etat, ils sont rémunérés dès leur admission à l’école.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s